Expo Milan

L’Exposition universelle de Milan a ouvert hier ses portes pour six mois de débats et de festivités autour de l’agriculture et de l’alimentation, sur lesquelles plane cependant l’ombre des manifestations annoncées par les opposants.

Il y a 109 ans, à Milan, on inaugurait… l’exposition universelle ! À cette Belle époque, c’est le thème des transports qui avait été retenu : l’inauguration de cette expo correspondait à la percée du tunnel du Simplon, dans les Alpes, permettant ainsi de relier directement Milan à Paris. Plus d’un siècle plus tard, le thème de cette nouvelle Exposition universelle de Milan est tout à la fois plein d’espoir et de défis : comment pourra-t-on nourrir la planète en 2050, lorsque la population avoisinera 9 milliards de personnes ?

Ouverte hier, l’expo se prolongera jusqu’au 30 octobre et compte attirer plus de 20 millions de visiteurs.

Le site, dans la grande banlieue de Milan accueille 80 pavillons dont certains sont assez époustouflants : celui de l’Angleterre est une sorte d’immense ballon en treillis métallique ; l’Italie a fait pousser un magnifique arbre de vie en bois ; les Pays-Bas ont un étrange toit végétalisé ; le Koweït un enchevêtrement de voiles ; le Vietnam des grosses fleurs en bambou.

Les reliefs du monde

Petit bijou d’architecture également, le pavillon français est entièrement construit en bois du Jura. Il a coûté 14 millions d’euros et s’étend sur 2 000 mètres carrés. Il est censé exprimer les reliefs des différentes parties de la planète, avec des creux et des bosses qui partent d’une succession d’arches depuis le sol. Autre originalité dans l’air du temps : le pavillon français est «recyclable» : à l’issu de cette exposition il pourra être entièrement démonté pour être remonté pour une autre occasion.

Pas moins de trois ministres (Écologie, Agriculture, Affaires étrangères) étaient présents hier matin, pour rappeler aussi le rôle de la France en matière de gastronomie, le «repas français» salué par l’Unesco.

Au long des allées, ingéniosité, créativité, originalité vont éblouir les spectateurs qui débourseront entre 27 et 39 € pour accéder à l’enceinte dotée de 150 restaurants qui devront préparer un total de 27 millions de plats. Des pics de 250 000 personnes par jour sont attendus

Tout cela fera-t-il oublier les nombreux scandales qui ont émaillé l’élaboration de cette exposition pharaonique, qui va coûter plus de 2,5 milliards d’€ ? Elle a été construite (ironie du sort !) sur de riches terres agricoles, et surtout, la construction a été émaillée plusieurs affaires de corruption. Tout cela a provoqué des retards, notamment sur le pavillon italien. Ces dernières semaines, les ouvriers s’étaient relayés 24 heures sur 24 pour que l’ouverture puisse se faire dans les temps.

Hier des militants «No expo» ont commencé de se rassembler à proximité des manifestations officielles. Ils dénoncent le gaspillage d’argent public et le recours à des travailleurs précaires et à des bénévoles.

Vous avez dit «universelle» ?